• "Une personne qui n'a jamais commis d'erreurs n'a jamais innové."
    (Albert Einstein)

EXPOSITION sur l’agriculture

Organisée par l’association CHAMPreCUEIL  du 17 au 20 septembre 2016.

un-animateur-je-l

L’exposition s’est ouverte dans la salle de réunion du conseil municipal, samedi 17 septembre à 10 heures.
De nombreux outils, prêtés par des habitants et le musée traditionnel de Bouray-sur-Juine y sont présentés.

(Voir la galerie de photos à la fin du texte. Cliquer une fois pour agrandir l’mage choisie, puis flèches droites ou gauches pour défiler.)

Quelques tableaux du peintre paysan André Lenoir, prêtés par la maison du Parc Gâtinais,  ornent le mur. De nombreux panneaux illustrés rappellent le rôle de l’agriculture champcueilloise, retraçant l’histoire de quelques fermes du village, disparues : Grosbois, Legrand, ou encore en activité : Riebbels,  l’exploitation maraîchère et fruitière des Challois, animée par Jacqueline Legrand ou l’exploitation Koorin de R.Oyama. D’autres panneaux plus techniques donnent des indications sur la bio-activité des terres de culture ou sur les modes de plantations. .

Deux conférences ont animé la matinée, avant le « récital » de Rolande Pinoy-Legrand qui a interprété, a capella et avec beaucoup d’émotion, « la Chanson des blés d’or », suivie d’un poème récité par J-E.Lepage.

Le vernissage de l’exposition s’est ensuite déroulé en présence de Martine Hivert, Maire de Champcueil et des membres de l’association dont Jean Prioul, maire honoraire et Gérard Follet, Président.

Conférences.

Mr  Ronaldo Oyama a présenté Koorin, une exploitation maraîchère bio située en lisière de Beauvais et de Soisy-sur-École. Il a longuement exposé le parcours de sa famille qui a abouti à la création de l’exploitation actuelle. Sa production, qui  a le label « bio », est distribuée au MIN de Rungis et par la coopérative biologique de l’Essonne. Une part de l‘exploitation, soit 0,4 hectare, est réservée à la distribution directe.

Ensuite,  Cédric Riebbels, responsable de la grande ferme de la rue Royale a fait un exposé, très documenté, sur l’évolution des pratiques culturales dans les grandes exploitations agricoles.

Temps fort de sa conférence, C.Riebbels a mis l’accent sur la prise de conscience de l’agriculture traditionnelle en faveur de l’environnement et de la santé publique. Les auditeurs, au nombre d’une quarantaine, ont été très attentifs lors de cette mise au point.  C.Riebbels a très bien expliqué comment la culture intensive avait conduit depuis une vingtaine d’année à un plafond, voire à une baisse des rendements. Face à cette situation, et à la pression en faveur de cultures plus respectueuses de l’environnement, les agriculteurs ont mis en place des essais et des techniques « d’agriculture durable ». Réduction drastique des insecticides, des herbicides et des engrais chimiques, utilisation des prédateurs naturels et des amendements organiques, semis de plantes complémentaires non invasives… Ainsi, du trèfle blanc, des lentilles ou de la vesce semés avec le colza ne réduisent pas le rendement, mais vont développer des racines riches en azote qui seront enfouies et constitueront un apport en engrais naturel.

expose-cedric-riebbelsCédric Riebbels nous a appris que la « culture bio » s’applique aussi aux grandes exploitations. Elle porte un nom : « l’Agriculture durable[1] ».

[1] Dans les années 60, André Pochon, paysan breton avait déjà développé cette technique paysanne ancestrale  de l’engrais vert, qui lui avait valu le surnom de l’As du trèfle ! Il avait également  prévu un certain nombre de mesures concernant les méthodes culturales, les soins aux animaux…etc. Et il avait nommé ces pratiques nouvelles : « l’Agriculture durable » !

Ci après, galerie de photos prises le samedi 17 septembre 2016. On notera la présence d’un visiteur « anonyme », Jean Poulizac, qui fut longtemps employé de la commune de Champcueil, chargé des transports scolaires et de la police municipale.

(En vignette, tableau réalisé par Yves Menguy, le grand-père d’Yves Menguy, membre de l’association.)

 

Les commentaires sont clos.